Dossier ACC 2017 – Washington DC

Dossier ACC 2017 – Washington DC

0 995
[numéro] Cardiologie Cardinale N° 87 – Mars 2017 [par] François Diévart (Clinique Villette, Dunkerque)

Vous devez avoir un compte validé sur le site de la revue Cardiologie Cardinale. .


Abonnez-vous à la revue !
Accès complet aux sites Internet santé : Archives des revues, lecture en ligne, contenus réservés


Inscrivez-vous gratuitement
Accès restreint aux sites Internet santé sans un abonnement à une revue !

Vous bénéficiez de la lecture en ligne de l'article.

Difficile de faire un choix pour ne retenir que six études du congrès de l’American College of Cardiology 2017*, tant il a été riche. L’élément majeur est que ce congrès a été centré sur les lipides, notamment les antiPCSK9 et l’atteinte de niveaux très bas de LDL. Ainsi, dans l’étude FOURIER, atteindre en moyenne 0,30 g/l de LDL avec un anti- PCSK9, l’évolocumab, est bénéfique et n’augmente pas le risque d’événements neurocognitifs, comme le montre son étude complémentaire EBBINGHAUS. Mais tous les antiPCSK9 ne font pas jeu égal et ainsi, le développement du bococizumab – anticorps monoclonal non complètement humanisé – a dû être arrêté, car il conduisait au développement d’anticorps antimolécule diminuant son efficacité. Hors lipides, il existe quand même un salut : ainsi, EINSTEIN Choice démontre que le rivaroxaban est supérieur à l’aspirine pour réduire le risque de récidive de phlébite et d’embolie pulmonaire au long cours. SURTAVI démontre que la valve Corevalve™, implantée en percutané, n’est pas inférieure, à 2 ans, en termes de pronostic, au remplacement valvulaire chirurgical chez des patients ayant un rétrécissement aortique serré et un risque chirurgical intermédiaire. Enfin, GEMINI ACS pose la question de la place respective de l’aspirine et du rivaroxaban dans les suites d’un syndrome coronaire aigu. Bonne lecture.

Sommaire du dossier

  1. FOURIER : un bénéfice clinique à diminuer le LDL à 0,30 g/l avec l’évolocumab.
  2. SPIRE : un bénéfice du bococizumab, mais un développement arrêté pour effets adverses.
  3. EBBINGHAUS : ni un LDL très bas ni l’évolocumab n’altèrent les fonctions cognitives.
  4. EINSTEIN Choice : le rivaroxaban prévient le risque de récidive de phlébite et d’embolie pulmonaire à long terme.
  5. SURTAVI : vers le TAVI pour les patients ayant un rétrécissement aortique serré et un risque chirurgical intermédiaire.
  6. GEMINI ACS : l’aspirine ou le rivaroxaban à faible dose après une angioplastie pour syndrome coronaire aigu ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire